7L’ acétone, il en existe plusieurs types, je vais développer particulièrement la crise d’ acétone chez l’enfant (ou vomissements cycliques) et l’acidocétose diabétique. Ceci permettra de ne plus faire de confusion entre les 2, et de s’apercevoir du grand nombre de personnes touchées par ça.

La crise d’ acétone chez l’enfant

1L’acétonémie, ou crise d’ acétone ou vomissements cycliques, concerne les enfants, généralement entre 3 et 10 ans. Souvent bénigne, elle peut parfois révéler une maladie sous-jacente. Ce n’est donc pas à prendre à la légère.

  • Qu’est ce que c’est ?

C’est l’accumulation dans le corps d’ acétone et d’autres corps cétoniques. Cette présence est tellement importante qu’il est devenu impossible de l’éliminer du corps et ceux-ci passent donc dans le sang. Lorsque le corps manque de glucose, il va donc compenser en dégradant des graisses, ce qui donnera de l’ acétone.

  • Qu’est ce qu’un corps cétonique ?

Ces substances sont produites par le foie à partir de la dégradation des graisses et en temps normal, elles sont éliminées par les reins. Cependant si le corps ne dispose plus assez de glucose (à jeun trop longtemps, alimentation faible en glucides…), alors ces substances s’accumulent dans le sang. Celui-ci va donc s’acidifier.

  • Quelles sont les causes possibles ?

                             Sans maladie sous-jacente

Généralement, une crise d’ acétone peut apparaître après un repas manqué ou un jeûne prolongé. Attention, ceci peut révéler une anorexie chez les adolescents.

                              Avec maladie sous-jacente

On peut retrouver ces crises dans le cas d’infections débutantes : otite, rhinopharyngite, gastro-entérite, angine…

On a aussi la présence de ces crises d’ acétone en cas d’hyperglycémie par manque d’insuline et c’est donc signe de diabète.

  • Quels sont les symptômes ?2

Les crises d’ acétone se manifestent de plusieurs manières bien reconnaissables. Nausées et vomissements, douleurs au niveau du ventre et à la tête, agitation et anxiété, mais également beaucoup de somnolence et la présence d’une odeur âcre, semblable à une odeur de pomme de reinette, dans les urines ou dans l’haleine.

  • Que faire en cas de crise ?

Il faut aller immédiatement chez le médecin pour voir, avec lui, à quoi ce problème peut être dû. Avant la consultation, si l’enfant ne peut pas s’alimenter, il est recommandé de lui donner des petites quantités de jus de fruits, afin que son corps retrouve rapidement un stock de glucose dans le foie. Il faut bien hydrater l’enfant et s’il veut manger, ne donner que des petites quantités.

Il faut commencer par poser un diagnostic avec votre médecin. Celui-ci va vérifier la présence d’acétone dans les urines grâce à des bandelettes réactives, en quelques secondes le résultat est nettement visible. A partir de ce résultat, d’autres examens pourront être effectués pour déterminer s’il y a une maladie sous-jacente au problème.

Il faudra dans un premier temps contrôler la glycémie, pour éliminer le cas de la découverte d’un diabète.

3Si le problème se répète plusieurs fois et de manière régulière, il faut surveiller car ceci peut révéler la présence d’un trouble de l’anorexie.

Une fois le diagnostic posé, il sera possible de traiter la maladie sous-jacente rapidement.

L’acidocétose diabétique

En dehors du cas vu précédemment, une personne diabétique peut ravoir des crises d’ acétone de manière ponctuelle. Ceci est une complication à courte durée, liée au déséquilibre du diabète.4

Dans ce cas, le corps peut soit manquer de glucose et donc compenser avec la dégradation des graisses ou alors, l’insuline est présente en trop faible quantité et le glucose ne peut pas entrer dans les cellules, donc le foie va dégrader des graisses car il pense qu’il n’y a pas de glucose dans le sang.

Cette fois, la crise se déclenche avec un déséquilibre du diabète et/ou associée à une infection.

  • Quelles sont ses causes ?

La crise d’ acétone se produit lorsque le pancréas ne peut pas produire suffisamment d’insuline ou parce que les cellules ne peuvent pas utiliser l’insuline produite. En cas de trop faibles quantités d’insuline injectée ou d’oubli de s’injecter de l’insuline.

Le changement brutal de régime sans adaptation du traitement insulinique peut également être la cause de crises d’ acétone.

  • Quels sont ses symptômes ?

Dans5 un premier temps, la crise va s’installer en quelques jours avec des signes identiques à une hyperglycémie. L’acidocétose provoque une soif intense et des urines fréquentes et abondantes. On retrouve également une perte de poids rapide, des crampes pendant la nuit et un essoufflement.

Ensuite, des symptômes plus caractéristiques vont se montrer : douleurs abdominales, nausées, vomissements, perte de l’appétit.

Enfin, lorsque l’acidocétose est plus sévère, on a la présence d’une odeur caractéristique de pomme de reinette dans l’haleine et dans les urines. La respiration va également s’accélérer.

  • Quelles sont les complications possibles ?

Il y a un déséquilibre possible du sodium et du potassium dans le sang.

Une forte déshydratation est également possible, ceci est aggravé par l’élimination du glucose par les urines.

On peut avoir une répercussion de ces crises par des troubles cardiaques et des troubles respiratoires.

En cas de non traitement, il y a des troubles de la conscience qui peuvent mener au coma voire au décès de la personne. Il faut donc agir vite !

  • Comment poser un diagnostic ?

Dans un premier temps, il faut contacter son médecin ou son diabétologue afin qu’il soit au courant de ce qu’il vous arrive. Il sera le plus à même de vous conseiller personnellement sur la marche à suivre. Une hospitalisation peut vous être recommandée ou alors des consignes bien précises seront à suivre à la lettre depuis chez vous.

Un premier test peut confirmer ou infirmer la crise : la bandelette réactive. Aujourd’hui on en retrouve 2 différentes : un test dans les urines et un test dans le sang. Il faut en parler à votre diabétologue, afin de vous faire prescrire un appareil et des bandelettes adaptées.

Anecdote de diabétique : pour ma part, j’utilise des bandelettes pour les urines à chaque grosse hyperglycémie. Je trouve ça plus rapide et pratique, j’en ai toujours sous la main. Par contre le résultat n’est pas aussi précis que dans le sang, donc en cas de présence dans les urines, je confirme le résultat par un chiffre avec une analyse sanguine. Ceci me permet aussi de chiffrer lorsque je contacte mon médecin.  Il sait si c’est un cas grave ou si nous avons le temps de réagir. Mais ces bandelettes ne sont plus remboursées, hélas…

Ensuite, il est aussi possible de faire un test sanguin, dans lequel on vérifiera les éléments suivants : le pH sanguin, le taux de glucose, la présence de corps cétoniques, le taux de potassium (anormalement haut) et le taux de sodium (anormalement bas).

Cependant, il faut bien préciser à votre médecin en cas de période de jeûne prolongé ou en cas d’activité physique intense avant la crise. Dans ce cas, la présence de corps cétoniques peut s’avérer normale.

  • Quel est le traitement prescrit ?

Que ce soit en hospitalisation ou chez vous, la première étape sera l’administration d’une insuline à action courte et rapide. Ensuite, on peut vous conseiller de prendre du sérum physiologique, avec du glucose et du potassium.

Un contrôle régulier de la glycémie et de la présence de corps cétonique est indispensable à des intervalles fréquents.

  • Comment éviter que ça recommence ?

Avoir de bons réflexes au quotidien, c’est ça le secret de la réussite !

Pour ceux qui ont déjà connu ces crises d’ acétone, vous savez par quoi il faut passer, 6et je suis sûre que vous n’oubliez jamais vos contrôles… En effet, je ne souhaite ça à personne. On est mal, on ne comprend pas de suite ce qui nous arrive. Et ce mal-être peut durer des heures voire des jours.

Ce qui est indispensable, c’est un contrôle de la glycémie en continu. Bien sûr, il faut aussi s’écouter et sentir lorsque quelque chose ne se passe pas comme prévu. Donc les mots clés : auto-surveillance et écoute de soi !

Il faut aussi avoir le réflexe de contrôler l’absence de cétone dans le corps en cas de glycémie supérieure à 2,50g/L de sang.

En cas de changement de régime, il faut en parler avec votre diabétologue et surtout il faut continuer à s’administrer de l’insuline mais en revoyant les doses. La mise en place de l’insulinothérapie fonctionnelle pourra vous être conseillée si c’est fréquent.

A savoir : des crises d’acétone peuvent survenir durant une hypoglycémie. Dans ce cas, il ne faut surtout pas s’injecter de l’insuline, ceci ne ferait qu’aggraver le cas…

Les autres cas d’acidocétose

  • Lié à la diminution des repas voire au jeûne

Cette cétose est modérée et apparaît en cas de jeûne, de régime sans sucre, de vomissement à répétition voire chez la femme enceinte.

Le corps est continuellement en hypoglycémie, le pancréas ne va pas produire d’insuline. Vous ne savez pas ce qu’est une hypoglycémie ? Lisez mon article sur ce sujet. Vous avez peur de confondre avec une hyperglycémie ? Lisez également mon article sur ce sujet.

Dans ce cas, il est préconisé de prendre une alimentation plus sucrée et de fractionner ses repas.

                              Diabète et ramadan : il faut en parler !

Le Coran précise que le croyant est exempté du jeûne si cela peut mettre en péril sa santé. Cependant, si vous souhaitez tout de même effectuer le ramadan, il est vivement conseillé de prévoir cette période avec votre médecin pour adapter les doses d’insuline et savoir que faire en cas d’hypoglycémie.

  • Lié à un trouble digestif

En cas de gastro-entérite notamment, si la maladie dure plusieurs journées, il est recommandé de prendre une boisson sucrée afin de maintenir un apport en glucose dans le corps et également s’hydrater régulièrement.

  • Lié à une forte consommation d’alcool

8Vous avez pris la cuite de votre vie et votre seul souvenir est votre foie qui vous fait un mal de chien ? Vous avez passé la fin de soirée aux toilettes ? La forte consommation d’alcool, avec des vomissements et une période de jeûne va provoquer également une crise d’ acétone. De plus l’alcool a tendance à déshydrater le corps, donc cette crise sera particulièrement sévère. On peut facilement la soigner si c’est pris en charge à temps.

Et vous, avez-vous déjà connu une crise d’ acétone ? Quels conseils donneriez-vous ? Partagez les en commentaire !

Bonne semaine !

Papple