6En ce jour de réveillon de Noël, que faire de mieux que raconter la véritable histoire du Père Noël ? Attention, il y a des spoils dans cet article 😉

Il y a des choses que l’on sait sur le Père Noël, des choses que l’on sait moins bien. C’est pourquoi j’ai tenu à faire le point avec vous aujourd’hui sur quelle est sa véritable histoire, de ses débuts à nos jours.

Tout est question de religions, de traditions et de marketing… Je vous laisse découvrir sa riche histoire ci-après :

Tout commence avant la naissance de Jésus Christ. Les Européens ont l’habitude de fêter le solstice d’hiver fin décembre, qui annonce le retour du printemps. Pour cela, ils décorent les maisons avec des feuillages de sapin, on fait la fête autour d’un bon repas, des cadeaux sont échangés… Cependant cette fête sera peu à peu oubliée. La cause ? Le pape Libère, en 354, qui fixe au 25 décembre la naissance de Jésus. La fête païenne qui à l’époque n’était pas appréciée par les chrétiens sera donc remplacée par une fête religieuse.

Saint Nicolas, à l’origine du Père Noël

En 270 après J.-C., naît Nicolas de Myre en Asie mineure (actuelle Turquie). Convertit au Christianisme, il est renommé évêque de Myre. Il meurt en martyr le 6 décembre 350 après J.-C., d’après la légende, lors de sa décapitation une fontaine d’huile jaillit de son cou. Par la suite, Saint Nicolas sera canonisé par l’Eglise et on fixera sa fête au 6 décembre de chaque année.

1Puis, la ville de Myre fut envahie par les Turcs. C’est à ce moment que la tombe de Saint-Nicolas fut ouverte. Selon la légende, on y découvrit ses ossements baignant dans de l’huile. Ces ossements furent déplacés à la ville de Bari (d’où son nom Nicolas de Bari). Certains escrocs de l’époque vendaient de « l’huile sainte », connue pour guérir les malades.

On raconte que par sa générosité, il a réalisé des miracles. Saint Nicolas est connu pour être le protecteur des petits. La légende raconte qu’il a ressuscité des enfants qui ont été tués par un boucher.

Un chevalier lorrain en croisade, de passage à Bari, exporta dans le Nord de la France, en Belgique et aux Pays-Bas le culte du Saint Nicolas.

La fête de saint Nicolas, le 6 décembre, est une fête germanique où ce personnage descendu du ciel accompagné de son âne ou de son cheval blanc distribue des cadeaux aux enfants sages. Les enfants laissent leurs chaussures au pied de la cheminée ou devant la porte d’entrée. Ils déposent aussi du sucre, du lait et une carotte ou une pomme pour la mule qui accompagne Saint Nicolas. Si l’enfant a été sage, il reçoit des cadeaux. S’il n’a pas été sage, il reçoit des coups de fouet donnés par le père Fouettard, le compère habillé de noir de Saint Nicolas.

Au XVIème siècle, la réforme protestante mis fin au culte de Saint Nicolas en Europe du Nord. En effet, cette fête est d’origine chrétienne, donc les autres religions veulent la contrer. Cependant, les habitants du Pays-Bas décident de garder la fête de Sinter Klaas (Saint Nicolas en néerlandais). Plus tard, des hollandais partirent vivre en Amérique et emmenèrent avec eux la fête de Saint Nicolas. Sinter Klaas se transforma peu à peu en Santa Claus.

Au fur et à mesure des décennies, les chrétiens préfèrent associer cette fête des enfants à la naissance de Jésus. La distribution de cadeaux ne se fera plus le 6 décembre mais bien le 25 décembre.

De Santa Claus au Père Noël

C’est au XIXème siècle que Santa Claus subit le plus de transformations. Dans les années 1820, un pasteur américain, nommé Clement Clark Moore, publie pour ses enfants un conte de Noël qui a pour nom « The night before Christmas ». Dans ce conte, on voit Santa Claus apparaître de manière différente : il prend de l’embonpoint, sa crosse devient un sucre d’orge, sa mitre devient un bonnet, sa mule se transforme en traîneau avec des rennes. Vous l’aurez compris, c’est la première fois que l’image du Père Noël apparaît en tant que tel.

Un autre conte voit le jour, nommé « A visit from St Nicholas », cette fois, il parle 3de lutins qui distribuent des cadeaux aux enfants par la cheminée et se déplacent dans une carriole tirée par 8 rennes. Un 9ème renne fut ajouté par la suite, pour éclairer le chemin avec son nez rouge lumineux. Ce récit est alors traduit et diffusé dans le monde entier.

Au fur et à mesure des décennies, et au gré des illustrateurs et des romanciers, on voit l’image de Santa Claus évoluer. Il a dorénavant un costume rouge avec de la fourrure blanche, qui s’accompagne d’une ceinture de cuir.

Nous sommes maintenant en 1885. Un dessin représente Santa Claus avec une carte du monde, on y voit son parcours du Pôle Nord vers les États Unis. Sa résidence n’est plus un mystère. Un an après, il est précisé que ce personnage dispose d’une manufacture de jouets et d’une maison cachés dans la glace et dans la neige du Pôle Nord.4

Ces représentations s’imposent petit à petit dans la coutume de Noël avec la distribution de cadeaux et l’image d’un bonhomme dodu et souriant.

La naissance du dernier Père Noël

Notre cher Père Noël prend sa forme actuelle en 1931. La marque Coca cola voit ses ventes baisser durant la période hivernale. Le service marketing de l’époque charge Haddon Sundblom de cette mission. Il pense alors au personnage habillé de rouge et de blanc (les couleurs de la marque). Il représente alors le personnage de Santa Claus en train de boire du Coca cola, afin de se donner des forces avant la distribution des jouets. Ainsi, les enfants seront incités à boire cette boisson durant l’hiver. Ah le marketing ! Ils sont forts

Santa Claus, transformé en Père Noël, troque sa robe contre un pantalon et une tunique, il gagne un air jovial et amical. L’image du Père Noël moderne s’impose dans tous les États Unis et devient la mascotte de la marque.

En Europe, c’est une autre histoire… La tradition de Saint Nicolas reste bien présente dans les pays du Nord de l’Europe. Un « conte de Noël » parait en Angleterre en 1843 où l’on met l’accent sur l’esprit de générosité et de rédemption de cette période.

C’est à la fin de la seconde guerre mondiale que le Père Noël débarque brusquement dans les foyers européens. On finit par craquer et adopter les2 habitudes américaines de cette fête avec la décoration du sapin de Noël, des cadeaux emballés dans du papier cadeau, l’apparition de cartes de vœux, des cadeaux plus chers que l’orange de l’époque…

Le Père Noël, pas apprécié de tous

Il faut s’en douter, comme dans tous les sujets il y a des personnes réticentes. L’église catholique ne voit pas d’un bon œil l’arrivée du Père Noël, qui va détourner les familles du message de la naissance du Christ.

Ce désaccord sera démontré en 1951. Le Père Noël sera brûlé devant les portes de la cathédrale de la ville de Dijon. Ils voulaient montrer aux enfants que le mensonge de ce personnage ne devait pas effacer la vérité de la religion, que ce n’est pas une bonne éducation.

5Ces résistances de l’église catholique seront vaines face à l’ampleur que prend le Père Noël. Mais rien n’est figé, le Père Noël peut-il encore évoluer dans les années à venir ?

Comme vous pouvez le voir, le Père Noël n’est pas une invention des derniers instants, c’est une tradition très ancienne ! Nous sommes tout de même passés de l’évêque d’Asie mineure en un gros bonhomme sympathique

Sources : Le figaro, Noël Vert, Histoire Fr.

En vous souhaitant de joyeuses fêtes de fin d’année,

Papple